Applications métier : c’est quoi ?

Détail du projet

1L’application métier est, comme son nom l’indique, une application répondant à des problématiques propres à l’exercice d’un métier. Selon les taches nécessitant un renfort numérique, une application métier peut avoir des objectifs variés. Décryptage des utilisations possibles de ce nouvel outil de productivité…

 

L’application métier : définition

 

Généralement, une entreprise souhaite déployer une application métier pour répondre à un besoin de productivité ou d’amélioration du poste de travail. L’application métier a en effet pour objectif de favoriser la bonne gestion de l’entreprise au sens large, par exemple en permettant l’automatisation des taches redondantes ou de certains process qui ne nécessitent pas d’action humaine. Bien souvent, elle prend la forme d’une web app, ce qui lui permet d’être hébergée dans le cloud et donc d’être accessible via n’importe quel navigateur. Selon l’environnement de travail de l’utilisateur, elle est adaptée au device (mobile, tablette, PC) qu’il utilise quotidiennement pour réaliser ses tâches. En cela, on peut dire qu’elle est « user-centric », puisqu’elle s’appuie sur les besoins et les usages de l’utilisateur pour être conçue.

L’acquisition d’une application métier n’est pas un acte isolé : elle doit être intégrée à la stratégie globale de l’entreprise afin de garantir son succès.

 

 

 

 

Les bénéfices d’une application métier

 

  • Automatiser des taches et redonner du temps aux collaborateurs pour les missions à plus forte valeur ajoutée
  • Limiter l’erreur humaine liée à la double saisie ou aux taches redondantes
  • Améliorer la gestion opérationnelle en offrant aux managers des outils de gestion adaptés
  • Faciliter la prise de décision stratégique grâce à une interface visuelle sans cesse à jour
  • Doter les vendeurs itinérants d’un catalogue de produits synchronisable à distance
  • Fournir un outil d’aide à la vente innovant et attrayant aux commerciaux sédentaires
  • Donner une image moderne et s’adapter aux nouvelles habitudes de consommations des clients
  • Favoriser la collaboration entre les membres d’une même équipe ou inter-services
  • Rendre des comptes à sa hiérarchie grâce à des statistiques configurées pour le métier

 

Différences entre application métier sur-mesure et logiciels d’éditeurs SaaS

 

Afin de bénéficier de tous les avantages de l’application métier, vous avez plusieurs options :

 

  • Le progiciel standard

 

Lors de l’acquisition d’un progiciel dit « standard », vous allez pouvoir bénéficier de fonctionnalités déjà testées et éprouvées par les utilisateurs, ce qui vous garantit une grande fiabilité de l’outil. De plus, les éditeurs font régulièrement évoluer leurs solutions grâce aux retours qu’ils obtiennent de la part des utilisateurs. Ainsi, vous pourrez tirer gratuitement profit des évolutions réalisées dans le cadre de la maintenance évolutive du progiciel.

Néanmoins, le gros point noir des logiciels d’éditeurs réside dans leur incapacité à offrir des fonctionnalités adaptées à toutes les attentes et contraintes de l’utilisateur, ce qui réduit drastiquement leur utilité pour certains métiers. A contrario, leur nature « standard » en font des outils très pertinents dans les secteurs d’activités réglementés ou régis par des contraintes juridiques strictes.

 

  • La solution sur-mesure

 

Une application métier sur-mesure part de la problématique métier pour se construire. La base de ces solutions personnalisées repose sur la co-construction d’un cahier des charges par l’utilisateur et le prestataire qui va développer l’outil. Ainsi, le gros point fort de ce type de solutions réside dans sa capacité à répondre à 100% des contraintes de son utilisateur.

 

Étapes pour faire développer une application métier sur-mesure

 

Pour faire développer une application métier sur-mesure, il est crucial de mettre en place une méthodologie scrupuleuse, afin d’éviter tout risque de mise en péril du projet. Aussi, nous vous recommandons de suivre les étapes que nous nous appliquons à respecter pour chacune des applications que nous développons :

 

  • Identification des acteurs du projet : stratégiques et opérationnels. La méthode RACI permet, par exemple, d’obtenir une matrice claire et précise de la répartition des rôles de chacun.
  • Rédaction d’un cahier des charges précis de la demande prenant en compte les contraintes de chacune des parties prenantes. Dans ce cas, chaque acteur peut rédiger une liste exhaustive de ses attentes, qui seront par la suite confrontées au cours d’un comité de projet.
  • Recherche d’un prestataire spécialisé dans le développement d’applications métier sur-mesure. Pour ce faire, le réseau est un moyen sûr de trouver une agence sérieuse, mais vous pouvez aussi la rechercher via les canaux traditionnels. Idéalement, préférez une agence géographiquement proche (on a besoin de contacts réguliers tout au long du projet) et qui intègre toute la chaîne de production en interne (chefs de projet, designers UX/UI et développeurs salariés, et non free-lance).
  • Mise en concurrence des prestataires sur la base de plusieurs critères, en fonction de vos attentes. L’idéal est de créer une grille d’évaluation, ce qui vous permet d’avoir une lecture commune à tous les dossiers et de garantir l’objectivité des critères de sélection. L’étude des prestataires doit impérativement se faire en comité de projet, réunissant l’ensemble des parties prenantes, afin que chaque besoin soit comblé et que toutes les contraintes soient bien prises en considération. Cela est déterminant pour la suite du projet, sans quoi les chances de réussite risquent d’être mises à mal.
  • Soutenances des prestataires short-listés. En effet, si les critères objectifs sont cruciaux, il est aussi primordial que les échanges soient fluides. De plus, certaines agences peuvent avoir une offre similaire. Ce qui peut faire la différence, c’est le relationnel avec les membres de l’équipe qui seront impliqués dans le projet. N’hésitez pas à solliciter un rendu « oral » de la proposition de 2 à 3 agences pour vous aider à prendre votre décision finale.

 

Dès le départ du projet, vont être impliqués tous les acteurs (DG, RH, SI, métier concerné) qui ont un rôle-stratégique ou opérationnel- à tenir dans le déploiement dans l’outil.

 

Exemples d’applications métier

 

Les applications métier sont bien souvent source d’incompréhension, tant dans leur définition que dans leurs enjeux et leur but.

Il existe autant de types d’applications métier que de client, et c’est bien là leur atout majeur : la personnalisation.

 

Par exemple, pour Fermob, la digitalisation a un double objectif :

 

  • Redonner du sens à la visite en point de vente
  • Fournir des outils à jour des nouveautés aux vendeurs itinérants

 

Ainsi, nous avons réalisé une application BtoC et une application BtoB, reposant sur une base commune : le P.I.M du client. Le P.I.M permet de centraliser les fiches produits, tandis les deux applications les restituent au sein d’une interface graphique attrayante, interactive et adaptée à la cible.

 

La marque Michelin, quant à elle, souhaite doter ses commerciaux itinérants d’un outil de calcul de marge instantané. Ainsi, lors de leurs déplacements, ils disposent d’une plateforme synchronisée avec des données publiées de manière récurrente afin de proposer la meilleure offre à l’instant T. Une application métier efficace pour se positionner face à la concurrence !

 

Enfin, le dirigeant d’Artdenteck -prothésiste dentaire-, veut avoir accès à un tableau de bord lui permettant, à chaque instant, de connaître le taux de complétion des objectifs quotidiens, hebdomadaires, mensuels, trimestriels, semestriels ou encore annuels. Cette application métier « live » est alimentée par l’action des collaborateurs, qui valident les commandes via une interface façon « gaming » tout au long de leur journée de travail.

 

Prix d’une application métier

 

En opposition au caractère « standard » du progiciel d’éditeur, l’application métier est entièrement adaptée aux spécificités métier de son commanditaire. Contrairement au premier, pour lequel la tarification se fait sur la base d’une licence, l’application métier est donc budgétisée sur la base du cahier des charges fourni par le commanditaire ou réalisé par le prestataire. Ainsi, le montant de l’application métier va fortement varier en fonction de l’étendue des fonctionnalités attendues. En général, à réception du cahier des charges, le prestataire évalue les ressources requises pour mener à bien le projet (hommes) et le temps dont chacun a besoin pour réaliser ses tâches. On obtient alors un temps/homme, que l’on multiplie par le taux horaire relatif au poste occupé par chacun des acteurs. Le résultat obtenu correspond au budget à allouer à l’application métier que le commanditaire souhaite faire développer.

Catégorie

Application métier, Application mobile, Application tactile, Blog